C’est un coin enchanté d’une nature inviolée et sauvage, riche en histoire et en charme: à travers des itinéraires fascinants, vous pourrez découvrir les nombreux lacs morainiques, les vallées verdoyantes et la zone viticole certifiée, immergé dans une atmosphère pleine de parfums et couleurs. Les routes des vins du Canavese couvrent une grande partie du territoire et peuvent être parcourues en voiture, mais aussi en vélo ou en moto. L’automne est la période des vendanges, c’est donc l’un des moments les plus évocateurs pour passer quelques jours dans ces lieux. Cependant, même l’hiver offre des paysages passionnants et la possibilité d’arrêts dans les caves et les restaurants. La gastronomie du canavese a ses racines dans les coutumes de l’agriculture et de l’élevage, avec des liens étroits avec les traditions rurales. Les productions des Caves Erbaluce di Caluso et Carema sont réputées.

Une attention particulière doit également être accordée à la gastronomie locale, dans la région du Canavese, avec ses plats typiques à base de champignons, de truffes, de châtaignes et de fromages, sans oublier une grande variété de desserts. Typique de la région du Piémont est la collation Solaira, un repas de l’après-midi qui, en raison de son abondance, tend à remplacer le dîner (pour ce “sinoira”).

Les Torcetti di Agliè sont très célèbres: il y a des traces des “torcetti” (pour la forme tordue) déjà dans le livre “Confetturiere Piemontese” en 1790. Plus tard les recettes sont décrites dans le “Traité de cuisine et pâtisserie moderne” de 1854 cuisines de la famille Reale Sabauda. On dit que l’invention était celle d’un boulanger d’Agliè, qui, en pétrissant le pain, mit en avant des pâtes qu’il décida de mélanger avec du beurre et des œufs. Comme il se rendait compte qu’ils l’aimaient, il pensait bien les encourager en les passant dans du sucre ou du miel. Les torcetti se répandaient rapidement, ils étaient préparés dans les fours à bois du village, où autrefois toutes les familles faisaient cuire le pain: généralement elles étaient placées à la bouche du four, attendant qu’il soit suffisamment chaud pour cuire le pain. Au fil du temps, le produit a subi une transformation et, comme une grosse torsion de pain, il a été réduit à la forme actuelle. La consistance des pâtes est devenue plus légère et la surface a été polie à travers la brosse avec de l’eau et du sucre cristallisé. Les “torcetti” d’Agliè arrivèrent bientôt pour ravir les palais des habitants de toute la région. Au fil des années dans le Piémont, il est devenu une habitude de déguster ce dessert avec n’importe quelle boisson et à tout moment. La boulangerie Alfonsi, d’Agliè, propose les typiques torcetti préparés selon la recette originale.